Ascalaphidae Rambur, 1842 - Libelloides Schäffer, 1763
Libelloides lacteus (Brullé, 1832) - Ascalaphe ottoman
syn. - Ascalaphus ottomanus Germar in Ahrens, 1839, Ascalaphus expansus Gerstäcker, 1885, Ascalaphus dalmaticus van der Weele, 1909, Ascalaphus weelei Navás, 1925, Ascalaphus ottomanus klapaleki Táborský, 1936, Libelloides lacteus simbruinus Aistleitner, 2007
Brullé A. 1832 - Expédition scientifique de Morée. - Strasbourg et Paris.

Ce taxon est régulièrement présenté dans la littérature sous Libelloides ottomanus (Germar, 1817). Cette description est parue dans un document fleuve de la Fauna Insectorum Europaea sous la coordination d'Ahrens, édité entre 1812 et 1847 et plus particulièrement dans le fasc.21, or, ce dernier a été selon nos recherches publié en 1839. Bien que nous n'ayons pu vérifier la date exacte de la publication on trouve en effet aussi Libelloides ottomanus (Germar, 1839). Nous avons constaté que le fasc.3 avait été publié en 1817 et nous en sommes déjà à 1837 pour le fasc.17. Avec ce dernier on est déjà au-delà de a date de publication de l'Ascalaphus lacteus par Brullé en 1832. Nous trouvons ici quelques justifications au choix du nom Libelloides lacteus (Brullé, 1832) fait par quelques auteurs modernes. En conclusions nous avons : Ascalaphus ottomanus Germar, 1839 [in Ahrens, 1812-1847 - Fauna Insectorum Europae, fasc.21 (1839)] (Deliry & Faton 2017).

Cette belle espèce est seulement présente dans le Sud-Est en France. Avec Libelloides coccajus c’est le seul ascalaphe qui peut être blanc-crème. La distinction entre les deux espèces est un peu délicate est nécessite la capture des insectes, au moins pour les stations où l’espèce n’est pas connue. L’espèce semble très constante. Il existe toutefois des exemplaires jaune clair, intermédiaires avec le blanc laiteux typique et le jaune soufre de Libelloides coccajus notamment dans la Alpes de Haute Provence (var. citrinus).

640px-Liblac
© Guy Bourderionnet – Rémuzat (26) le 24 mai 2006

Oroméditerranéenne orientale. L’espèce est présente dans la partie méridionale de la péninsule italienne, en Dalmatie, les Balkans et en Turquie.

Depuis la Provence (population supposée disjointe) jusqu'en Asie Mineure. L'espèce est présente dans la partie méridionale de la péninsule italienne, en Dalmatie, les Balkans et en Turquie. Sa répartition est relativement étendue par rapport aux autres espèces de Libelloides. En France, l'essentiel de la population connue actuellement est localisée en moyenne altitude dans les Alpes méridionales. La limite Nord connue est le Queyras dans les Hautes Alpes et le Haut-Diois dans la Drôme. Découverte dans le sud de l'Isère en 2016 (Deliry & Faton 2017).

200px-Liblac26

Alpes de Haute-Provence (Puissegur, 1967 ; Mazel, 2001), Alpes-Maritimes (Bitsch, 1963 ; Puissegur, 1967 ; Mazel, 2001), Drôme (Puissegur, 1967 ; Mazel, 2001 ; carte ci-contre : © 2006 J.M.Faton & R.Matthieu), données anciennes dans les Bouches-du-Rhône (Ste Baume), le Vaucluse (Mont Ventoux) et le Var (Cavalaire) (Séméria & Berland, 1988). Serait à rechercher à l’ouest du Rhône par exemple sur la montagne de Crussol (Puissegur, 1967). La limite Nord connue est le Queyras dans les Hautes-Alpes et le Haut-Diois dans la Drôme. Sa présence dans le Vercors est actuellement recherchée. L’essentiel de la population connue actuellement est localisée en moyenne altitude dans les Alpes méridionales.

200px-Liblacmathieu
Photographie historique de Libelloides ottomanus découvert dans le Vercors © R.Matthieu


Cartographie ONEM au 18 janvier 2019 - ©© bysa - Enquête sur les Ascalaphes

En France, l'espèce est présente dans des formations ouvertes de moyennes altitudes sub-méditerranéennes, jusqu'aux pelouses et landes plus montagnardes (jusqu'à 1500 m.) dans les Alpes-Maritimes. Les habitats rocheux et d'éboulis semblent nécessaires au développement des larves. Vole entre mai et juillet (Deliry & Faton 2010, 2017).


©© bync - Vincent Thary - Vaucluse le 5 mai 2015 - Monde des Insectes

Liblac3
©© bync – Thierry Arbault – Flore de France

640px-Liblac2
©© bync – Thierry Arbault – Flore de France