Actinopodes

Rhizariens – « Protozoaires »

Cet ensemble phylogénétique comprend les deux anciens groupes formés par les Héliozoaires et les Radiolaires, autrefois rangés parmi les Protozoaires, ainsi que les Acanthaires.

Il s’agit d’Eucaryotes Bicontes, c’est à dire présentant des cellules flagellées avec fondamentalement deux flagelles, qui appartiennent à l’ensemble des Rhizariens où sont associés les Foraminifères ainsi que des Protophytes rares connus sous le nom de Chlorarachniophytes.

Les cellules des Actinopodes sont organisées selon une symétrie radiée plus ou moins ordonnée. Elles sont hérissées d’axopodes et de spicules recouverts par du cytoplasme ce qui leur donne des aspects de « petits soleils ». D’autres ont des aspects allongés et dérivent de ce schéma de base. Malgré cet élément morphologique commun que sont les axopodes, certains auteurs pensent que les Actinopodes ne forment pas un groupe monophylétique et qu’il pourrait s’agir de phénomènes de convergence. Les études phylogénétiques doivent en conséquence se poursuivre.

Ce sont principalement des espèces marines, mais quelques unes vivent dans les eaux douces. Ils s’agit de prédateurs planctoniques. Les proies se collent aux axopodes et sont consommées in situ par phagocytose. Le phagosome est guidé le long de l’axopode vers le péricaryon où sera réalisée la digestion. Notons que certaines espèces hébergent dans leur complexe radié des algues Haptophytes symbiotiques.

Héliozoaires

Présence de pseudopodes radiés et fins. Le test quand il est présent est siliceux. Habitent essentiellement les eaux douces.

Raphidiophrys
Extrait de Harmer & Shipley (1906)

Radiolaires

Présence d’une chitine centrale et pseudopodes radiants et fins. Le test est siliceux. Habitent les eaux marines tant en tant que plancton que proche du fond y compris dans des zones abyssales. Les Radiolaires ont une grande importance Géologique et sont à l’origine par bioaccumulations de roches siliceuses (généralement rouges) nommées Radiolarites.


Test de Dorataspis – d’après Haeckel
Extrait de Delage & Hérouard (1896)

Acanthaires

Les Acanthaires (Acantharia Haeckel, 1881) sont un des trois groupes des Actinopodes. Leur test est composé essentiellement de célestine qui est une association de matière organique avec du sulfate de strontium. Leurs axopodes sont porteurs d’Algues supposées endosymbiotiques connues sous le nom de Zooxanthelles. Dans les faits les Acanthaires semble bloquer les divisions de leurs Algues tout en permettant la multiplication de leurs chloroplastes. Ils « volent » alors la matière organique produite par les Algues en quelque sorte de « cytokleptie ». Dans ces termes le bénéfice réciproque des deux êtres vivants paraît déséquilibré et en conséquence on ne peut probablement pas parler de symbiose véritable. La symétrie radiée est particulièrement soignée chez les Acanthaires car les spicules sont symétriques, stables numériquement (dix) et ont tous la même longueur.

Xiphacantha – Squelette seulement (test) selon Wyville Thomson in [AP] (1906)
On observe chez Acanthaires une symétrie radiée parfaite

Références

  • Delage Y. & Hérouard E. 1896 – Traité de Zoologie concrète.Tome I. La cellule et les Protozoaires. – Reinwald,, Schleicher, Paris.
  • Lecointre G. & Le Guyader H. 2001 – Classification phylogénétique du vivant. – Belin, Paris.