Bergeronnette de Yarrell

Oiseaux

Motacilla yarrellii Gould, 1837 – Famille des Motacillidae

Planche de Naumann (XIXe siècle)
Chris Steemann – Belgique le 5 avril 2015
©© byncnd – Observado

Se reproduit des Shetland à la Grande Bretagne, Irlande et sporadiquement sur les côtes du Nord de la France. Généralement considérée comme une sous-espèce de la Bergeronnette grise, nous pensons qu’il s’agit d’une bonne espèce. L’INPN apparait d’ailleurs de cet avis et Gould lors de sa description en 1837 avait traité ce taxon comme tel. La Bergeronnette grise est souvent migratrice, alors que la Bergeronnette de Yarrell paraît plus sédentaire (quoique). Certains individus vont toutefois jusqu’en Bretagne, voire en Espagne ou au Maroc, exceptionnellement jusqu’aux Canaries (Deliry 2022).

Son hivernage en France est méconnu (confusion avec le Bergeronnette grise s.l.) et localement, elle semble être l’unique espèce présente comme le long des côtes depuis la Belgique à la Vendée, voire jusqu’en Charente-Maritime. Elle pénètre par ailleurs dans la Basse Vallée de la Loire à cette époque de l’année. Elle peut être alors accidentelle ou de passage ailleurs (jusque dans l’Aude ou le Var par exemple) parfois plus régulière comme dans le Bassin Parisien. Sa nidification en France est réputée rare (quelques couples seulement) et souvent en situation d’hybridation avec la Bergeronnette grise. Sa présence paraît en augmentation depuis au moins les années 1990 (Deliry 2022).

Données localisées au moins au polygone – Toutes données sur l’année

Requête OpenObs faite le 16 février 2022 – Licence Ouverte (etalab)
Réalisation : ©© bysa – Cyrille Deliry (Histoires Naturelles)

Pour les Sables d’Olonne, Yésou (1989) montre qu’elle est majoritairement présente d’octobre à mars et la seule observée ou presque entre novembre et février. Jusqu’en septembre et dès avril c’est la Bergeronnette grise qui prend le relais. La présente de la Bergeronnette de Yarrell, semble en augmentation (Deliry 2022).

Bergeronnette de Yarrell ou déterrminée comme telle, à Fouras (Charentes-Maritimes) le 14 février 2022
©© bysa – Cyrille Deliry (Histoires Naturelles)

En Rhône-Alpes – Pierrelatte (Drôme), 1 ind. le 30 mars 2002 (G.Olioso), 5e mention régionale. Chapponay (Rhône), 1 ind. le 23 mai 2002 (J.Jack), 6e mention, elle est tardive (Bernard & Deliry 2008).

  • Deliry C. 2022 – La Bergeronnette de Yarrell, probablement une bonne espèce. – Nature Life, n°10. – PDF