Dhole

Mammifères

Cuon alpinus (Pallas, 1811) – Famille des Canidae – Asian Wild Dog

syn. – Chien sauvage d’Asie, Cyon, Chien rouge

EN UICN

Inde en février 2006
©© bync – Afrahawkins (Pseudonyme) – iNaturalist

Si le Dhole occupait encore à une période récente une large partie au sud-est de l’Asie, depuis le sud-est de la Russie et la Mandchourie, jusqu’en Inde et Malaisie ainsi que depuis les îles occidentales de l’Indonésie. De nombreuses sous-espèces étaient distinguées, mais perdent de leur sens en raison de la fragmentation des populations et du fort déclin de ce Canidé.

©© byncsa – Cyrille Deliry (Histoires Naturelles)

Il vit en général dans des habitats forestiers à tendances tropicales et relativement secs, mais on le voit aussi dans des zones de montagne plus ouvertes et il atteint même les 5300 m d’altitude en Inde dans le Ladakh. On en trouvait dans des savanes et les forêts sont ses meilleurs refuges.

La période de reproduction est centrée sur l’hiver, entre novembre et mars. La gestation dure alors environ deux mois et les jeunes naissent à l’abri d’une tanière. Les portées vont de un à dix jeunes. Sa longévité est d’une dizaine d’années.

Il s’agit d’un animal très social qui vit en meutes importantes, souvent formées d’une vingtaine d’individus au moins, présentant à sa tête un couple dominant. Si des groupes formés de plusieurs centaines d’individus existaient autrefois, les plus grosses meutes connues désormais ne passent pas la quarantaine. On estime la population mondiale à moins de 2500 adultes, ce qui correspond à un nombre relativement limité de meutes survivantes. Plusieurs femelles sont susceptibles de se reproduire et elles élèvent les jeunes en commun. Chaque membre de la meute participe au soin des jeunes Dholes qui suivent les adultes dès l’âge de trois mois environ. S’ils sont susceptible de capturer de petites proies isolément, ce sont jusqu’à une trentaine d’individus qui participent à la chasse d’un Cerf ou d’une autre grosse proie. Les Dholes émettent des cris divers dont des sifflements, des gloussements ou des couinements.

L’espèce est menacée par la fragmentation de ses populations, la dégradation de leurs habitats, l’empoisonnement volontaire fait par les humains, ou, la transmission de maladies suite aux contact avec les animaux domestiques tels le bétail ou les Chiens. Elle est protégée en Inde depuis 1972 et c’est par l’entremise de réserves ou d’espaces protégés dédiés à la conservation des Tigres, qu’ils réussissent à survivre localement. C’est une espèce en grave déclin. Sa conservation est organisée par des actions de réserve au sein de parcs zoologiques comme à la Haute-Touche en France, sous l’égide du Muséum National d’Histoire Naturelle.

Inde (Maharashtra) en juin 2019
©© bync – Avinash Bhagat – iNtaturalist