Éphéméres de France

InsectesÉphémèresFrance

Ephemeroptera Hyatt & Arms, 1891

Généralités

Il s’agit d’un ordre d’Insectes rapproché de l’ordre des Odonates. Certains auteurs rassemblent Odonates et Ephémères, tels que Chopard (1948).

Ce sont des insectes de petite taille et au corps svelte qui sont très fragiles et dont les ailes se tiennent relevées au dessus du dos comme les Papillons diurnes ou l’essentiel des Zygoptères. La tête des imagos est petite et peu mobile, portant de gros yeux latéraux à facettes. Ces derniers sont chez les mâles divisés en deux parties d’aspect distinct. Les imagos ne se nourrissant pas présentent des pièces buccales atrophiées. Le thorax est court et il porte six pattes grêles, les deux antérieures étant plus long que les quatre autres. Les tarses portent deux griffes à observer à la loupe. Les ailes sont très minces, en général transparentes et aux nervures très fines. Elles ont généralement un aspect irisé. Les ailes antérieures sont beaucoup plus grandes que les postérieures, qui parfois sont particulièrement atrophiées et paraissent alors presque absentes. L’abdomen allongé est sub-cylindrique. Il est formé de dix segments. Leur extrémité présent trois petites pièces qui entourent l’anus nommées les valves anales. Le dixième segment (S10) porte deux longs cerques articulés. Un cerque médian vient souvent complété cette paire. Les males, S9 porte une paire de gonopodes souvent arqués formés de plusieurs articles. Les femelles ne présentent pas d’oviscapte. La vie des imagos est extrêmement courte et chez certaines espèces comme Oligoneuriella rhenana elle ne dure que les quelques heures nécessaire à l’accouplement. Les mâles réalisent leur mue imaginale en premier et tendent à se rassembler en essaims. L’accouplement se déroule en vol et les mâles disparaissent alors que les femelles viennent pondre dans les milieux aquatiques. Les pontes se font selon les espèces en grappes, isolément ou même en immersion. La vie larvaire est parfois très longue : jusqu’à trois années chez certaines espèces. Les larves sont de forme généralement allongées et d’aspect différent notamment selon qu’elles soient nageuses ou fouisseuses. Elles respirent au moyen d’excroissances, les trachéobranchies. On les trouve dans les milieux aquatiques, généralement courants, y compris dans des eaux très froides en montagne. Quelques autres préfèrent les habitats stagnants. Parmi les quelques 800 espèces du Monde réparties dans une douzaine de familles seulement, il y en a près de 70 en France (dont 47 présentées par l’auteur). – Chopard 1948

Liste des Éphémères de France

140 ou 141 espèces selon Thomas (2022).

Ameletidae – Ameletus inopinatus – Metreletus balcanicus
Ametropidae – Ametropus fragilis
Arthropleidae – Arthroplea congener
Baetidae – Acentrella inexpectata – Acentrella sinaica – Alainites albinatii – Alainites muticus – Baetis alpinus – Baetis buceratus – Baetis catharus – Baetis cyrneus – Baetis fuscatus – Baetis gadeai – Baetis ingridae – Baetis liebenauae – Baetis lutheri – Baetis melanonyx – Baetis nicolae – Baetis nubecularis – Baetis pasquetorums – Baetis pavidus – Baetis pentaphleboides – Baetis rhodani – Baetis scambus – Baetis tracheatus – Baetis varderensis – Baetis vernus – Baetopus tenellus – Baetopus wartensis – Centroptilum luteolum – Cloeon degrangei – Cloeon dipterum – Cloeon simile – Cloeon subinfuscata [?] – Labiobaetis atrebatinus – Labiobaetis tricolor – Nigrobaetis digitatus – Nigrobaetis niger – Procloeon bifidum – Procloeon nana – Procloeon pennulatum – Procloeon pulchrum – Pseudocentroptiloides shadini
Caenidae – Brachycercus europaeus – Brachycercus harrisellus – Caenis beskidensis – Caenis horaria – Caenis lactea – Caenis luctuosa – Caenis macrura – Caenis martae – Caenis pseudorivulorum – Caenis pusilla – Caenis rivulorum – Caenis robusta – Cercobrachys minutus
Ephemerellidae – Ephemerella mucronata – Ephemerella notata – Serratella ignita – Serratella mesoleuca – Torleya major
Ephemeridae – Ephemera danica – Ephemera glaucops – Ephemera lineata – Ephemera vulgata
Heptageniidae – Anapos zebratus – Dacnogenia coerulans – Ecdyonurus alaini – Ecdyonurus angelieri – Ecdyonurus auranticus – Ecdyonurus corsicus – Ecdyonurus cortensis – Ecdyonurus dispar – Ecdyonurus helveticus – Ecdyonurus insignis – Ecdyonurus macani – Ecdyonurus parahelveticus – Ecdyonurus picteti – Ecdyonurus ruffi – Ecdyonurus torrentis – Ecdyonurus venosus – Ecdyonurus zelleri – Electrogena affinis – Electrogena fallax – Electrogena grandiae – Electrogena lateralis – Electrogena ujhelyii – Epeorus alpicola – Epeorus assimilis – Epeorus torrentium – Heptagenia flava – Heptagenia longicauda – Heptagenia sulphurea – Kageronia fuscogrisea – Rhithrogena – Rhithrogena allobrogica – Rhithrogena alpestris – Rhithrogena beskinensis – Rhithrogena carpatoalpina – Rhithrogena degrangei – Rhithrogena delphinensis – Rhithrogena diensis – Rhithrogena dorieri – Rhithrogena eatoni – Rhithrogena fonticola – Rhithrogena germanica – Rhithrogena gratianopolitana – Rhithrogena grichuna – Rhithrogena hercynia – Rhithrogena hybrida – Rhithrogena insularis – Rhithrogena kimminsi – Rhithrogena landai – Rhithrogena loyolaea – Rhithrogena mariaedomnicae – Rhithrogena nivata – Rhithrogena picteti – Rhithrogena puytoraci – Rhithrogena savoiensis – Rhithrogena semicolorata – Rhithrogena sternua
Isonychiidae – Isonychia ignota
Leptophlebiidae – Choroterpes picteti – Habroleptoides auberty – Habroleptoides berthelemyi – Habroleptoides budtzi – Habroleptoides confusa – Habroleptoides modesta – Habroleptoides umbratilis – Habrophlebia eldae – Habrophlebia fusca – Habrophlebia lauta – Habrophlebia nervulosa [?] – Leptophlebia marginata – Leptophlebia vesperina – Paraleptophlebia cincta – Paraleptophlebia submarginata – Paraleptophlebia werneri Thraulus bellus
Neoephemeridae – Neoephemera maxima
Oligoneuridae – Oligoneuriella pallida – Oligoneuriella rhenana
Potamanthidae – Potamanthus luteus
Polymitarcyidae – Ephoron virgo
Prosopistomatidae – Prosopistoma pennigerum
Siphlonuridae – Siphlonurus aestivalis – Siphlonurus lacustris
Espèces très menacées en France (Liste Rouge 2018)
RE – Oligoneuriella pallida – Prosopistoma pennigerum – CR – Ametropus fragilis – Arthroplea congener – Neoephemera maxima – Rhithrogena kimminsi – Rhithrogena mariaedominicae – EN – Ameletus inopinatus – Baetis nicolae – Baetis pasquetorum – Electrogena grandiae – Paraleptophlebia werneri – Procloeon nana – Rhithrogena landai – Rhithrogena nivata – Rhithrogena strenua – Serratella mesoleuca

Références et liens Internet

  • Chopard L. 1948 – Libellules de France, Belgique, Suisse. – éd. Boubée & Cie, Paris : 137 pp. + XII pl.
  • Degrange C. 1955 – Nouveaux cas de parthénogenèse chez les Ephéméroptères. – Note présentée par M.Pierre-P. Grassé. – C.R. des séances de l’Acad. des Sc., 241: 1860–1861. – PDF
  • Degrange C. 1956 – Sur les micropyles des œufs des Ephéméroptères. – Bull. de la Soc. entomol. de France, 61 : 146-148. – ONLINE
  • Degrange C. 1956 – Sur l’éclosion des larves des Ephéméroptères. – C.R. Acad. des Sc. Paris, 242 : 2054-2056. – PDF
  • Degrange C. 1959 – Quiescences au cours du développement embryonnaire normal ou parthénogénétique chez les Ephéméroptères. – C.R. Acad. Sc., Paris.
  • Degrange C. 1960 – Recherches sur la reproduction des Éphéméroptères. – Travaux du Laboratoire d’Hydrobiologie et de Pisciculture de l’Université de Grenoble, Lème et LIème année : 7-193. – PDF
  • Degrange C. 1960 – Recherches sur la reproduction des Éphéméroptères. – Thèse Doct. Sc. nat. Grenoble, Impr. Allier : 193 pp.
  • Degrange C. 1961 – Processus cinétique de l’éclosion chez les Ephéméroptères. – Travaux du Laboratoire d’Hydrobiologie et de Pisciculture de l’Université de Grenoble, 52/53. – PDF
  • Le Doaré J. & Troël P. 2016 – Les merveilleux Éphémères des rivières de France et d’ailleurs. – 2ème éd., Eux-mêmes. – Commander
  • Thomas A. 2022 – Liste faunistique des Éphémères de France. – Document OPIE benthos. – PDF

  • Degrange C. & Sowa R. 1987 – Ephéméroptères et Plécoptères témoins de la dégradation et de la restauration d’une rivière: l’Isère dans sa traversée de l’agglomération grenobloise. – Actes du 112e Congrès National des Sociétés Savantes, Lyon 1987, Section des Sciences, Fas. 3, Biologie Végétale et biologie Animale : 141–152. – PDF
  • Degrange C. & Sowa R. 1988 – Note complémentaire sur deux espèces de Rhithrogena du groupe alpestris (Ephemeroptera, Heptageniidae) des Alpes françaises. – Bull. entomol. de Pologne, 58 : 711-714. – PDF
  • Deliry C. 2010 – Liste des Ephémères de l’Isère. – Histoires Naturelles n°13. – PDF
  • Deliry C. 2013 – Liste des Ephémères de la région Rhône-Alpes. – Histoires Naturelles n°30. – PDF
  • Dorrier A. & Degrange C. 1955 – Stations nouvelles de Torleya, d’Oligoneuriella et de Siphlonurus (Ephéméroptères) dans le quart Sud-Est de la France. – Travaux du Laboratoire d’Hydrobiologie et de Pisciculture de l’Université de Grenoble, 37/40 : 39-44. – PDF
  • Sowa R. & Degrange C. 1987 – Taxinomie et répartition des Rithrogena Eaton du alpestris (Ephemeroptera, Heptageniidae) des Alpes et des Carpates. – Bull. entomol. de Pologne, 57 : 475-493. – PDF LINK
  • Sowa R. & Degrange C. 1987 – Rhithrogena du groupe hybrida (Ephemeroptera, Heptageniidae) dans les Alpes françaises. – Acta Hybrobiol., 29 (1) : 71-87. – PDF
  • Sowa R. & Degrange C. 1987 – Sur quelques espéces européennes de Rhithrogena du groupe semicolorata (Ephemeroptera, Heptageniidae). – Acta Hydrologica, 29 (4) : 523-534.