Les Grenouilles vertes en France (Pelophylax sp.)

Amphibiens

Pelophylax – Famille des Ranidae

La distribution en France des Grenouilles vertes s.l., rangées dans le genre Pelophylax est mal connue en raison de difficultés d’identification et de l’introduction un peu partout sur le territoire de Grenouilles de type rieuse appartenant au complexe Pelophylax (Pelophylax ridibundus, Pelophylax bedriagae), mais aussi probablement en raison de la faiblesse des naturalistes à bien vouloir les étudier.

On trouve dans le pays des lignées hybrides dont les descendant arrivent à se reproduire avec un des parents et parfois, mais plus rarement, directement entre-eux. Ceci est rendu possible par une originalité de leur méiose : les hybrides forment des gamètes qui ne contiennent que les gènes d’une des espèces parente par une sorte de ségrégation sélective.

Le cas le plus fréquent est celui de Pelophylax esculentus (la Grenouille verte au sens strict). Ces dernières sont possèdent des génomes parentaux de Grenouille rieuse (Pelophylax ridibundus) et de Grenouille de Lessona (Pelophylax lessonae). Les gamètes produits par Pelophylax esculentus ne contiennent que des gènes de Pelophylax ridibundus. Ainsi par croisement avec des lessonae, elles redonnent des individus de génome hybride esculentus. Le croisement entre deux esculentus devrait donner théoriquement des ridibundus, or, le résultat n’est pas viable : l’hybride esculentus paraît donc intrinsèquement stérile, mais cette notion n’est pas si claire puisqu’on connaît aussi des populations autonomes telles présentées plus bas. Un tel fonctionnement génétique se nomme un klepton ce qu’on abrège régulièrement dans le nom du taxon hybride ainsi : Pelophylax kl. esculentus. Les populations où des esculentus se reproduisent avec des lessonae appartiennent au système LE (Pelophylax lessonae, Pelophylax esculentus). Celles qui se reproduisent avec des ridibundus appartiennent au système RE (Pelophylax ridibundus, Pelophylax esculentus). En France c’est le système LE qui est le plus commun. On connaît par ailleurs une forte proportion de triploïdes (3N). Ces derniers possèdent pour deux tiers le patrimoine génétique d’une des espèces parentales et pour un tiers celui de l’autre espèce parentale. Ceci survient dans des populations autonomes et pures de Pelophylax esculentus où on trouve tant des individus diploïdes (2N, lessonae / ridibundus) ou triploïdes (3N).

Les Grenouilles vertes du Centre et du Nord de la France sont composées originellement de Pelophylax esculentus et de très rares Pelophylax lessonae (système LE).

On connaît en France un autre exemple de synklepton (le klepton et ses deux parents) : la Grenouille de Graf (Pelophylax kl. grafi ou Pelophylax grafi). Les principes génétiques sont les mêmes avec des parents qui sont Pelophylax ridibundus et Pelophylax perezi. Si les populations de ce taxon sont moins bien connues, on pense que l’essentiel se compose du système PG (mélange grafi et perezi).

Du point de vue morphologique, ceci complexifie beaucoup les identifications sur le terrain et seules des analyses caryotypiques ou génétiques aident à la compréhension des populations. Si Pelophylax lessonae et Pelophylax ridibundus sont facilement distinguées, les triploïdes de Pelophylax esculentus ressemblent à l’un de leurs parents et en particulier aux lessonae. Quant à Pelophylax grafi sa détermination est hautement difficile dans la mesure où déjà ses deux parents (perezi et ridibundus) se ressemblent déjà volontiers.

Notons en résumé que :

  • l’identification de Pelophylax lessonae et Pelophylax perezi est souvent difficile car les hybrides triploïdes leur ressemble beaucoup.
  • la plupart du temps les taxons hybrides (esculentus ou grafi) se maintient grâce à la présence d’un de leurs parents (respectivement lessonae ou perezi).
  • En France toutes les populations françaises comprenant lessonae ou perezi sont mélangées avec leurs hybrides respectifs, si bien qu’il est souvent pertinent de considérer les systèmes correspondants, à savoir LE (lessonae, esculentus) et PG (perezi, grafi) en soulignant que la principale menace sur de telles populations est l’introduction par des Grenouilles de type rieuse (Pelophylax (ridibundus, bedriagae)).

Du point de vue répartition :

  • Les espèces du système PG (perezi, grafi) se trouvent dans la zone méditerranéenne, depuis la frontière espagnole à la Camargue, la Crau et le Golfe de Fos en rive droite du Rhône. Entre Méditerranée et la façade Atlantique, le système est très rare et on trouve des Grenouilles de type rieuse. On trouve par ailleurs ce système dans les parties basses et méridionales du Massif Central, ainsi que le sud-ouest de la France depuis le pays Basque au sud de la Vendée.
  • Le système LE (lessonae, esculentus) se trouve dans le Nord du pays atteignant au sud de la Vendée et des Deux-Sèvres, le nord de la Lozère et de l’Aveyron et de l’Isère. Il serait aussi attesté dans les Pyrénées-Atlantiques, les Landes ou la Gironde.
  • Les Grenouilles « rieuses » (Pelophylax (ridibundus, bedriagae)) sont presentes partout et dans certaines région il n’y a qu’elles (notamment ridibundus) tant elles ont pu faire régresser les autres populations : Provence, sud de la région Rhône-Alpes, l’essentiel du Midi-Pyrénées, une grande partie du Languedoc au nord de Narbonne et de la ceinture des étangs littoraux.

  • Crochet P.A., Eble A. & Mansier Y. 2011 – Distribution de Pelophylax lessonae en zone méditerranéenne : synthèse des connaissances et prospections de terrain en juin et juillet 2011. – CEFE, rapport pour le Service du Patrimoine Naturel.
  • Deliry C. 2014 – Le complexe des Grenouilles vertes en Rhône-Alpes et ailleurs… – Nature Life n°9, 26 mai 2014.