Orque épaulard

MammifèresCétacés

Orcinus orca – Famille des Delphinidae – (en) Killer Whale

DD UICN

Il s’agit d’un grand Cétacé parmi les Delphinidés qui mesure entre 6 et 10 m et pèse entre 4 et 7 tonnes. Il pourrait de fait s’agir de plusieurs espèces distinctes, si bien que le statut mondial de ce taxon est en catégorie DD. Ainsi on distingue différents types d’Orques qui pourraient masquer différentes espèces : dans le nord du Pacifique (Orques résidentes du Sud, Orques résidentes de l’Alaska, Orques de Bigg, Orques prédatrices de requins de haute mer, Orques des eaux japonaises), dans le nord de l’Atlantique (Petites Orques de haute mer (1), Grandes Orques nomades (2), Orques des Canaries), en Antarctique (Orques antarctiques (A), Orques de Gerlache (B), Orques de la mer de Ross (C), Orques subantarctiques (D), Orques de Patagonie, Orques de haute mer du Chili, Orques de Nouvelle-Zélande prédatrices de Raies), Orques de Russie, Orques de Méditerranée. Chaque type s’est spécialisé dans certains comportements et ne se mélange pas avec les autres types, ce qui se caractérise par des phénomènes de spéciation comportementale, sociétale et par des différences morphologiques ou génétiques. Il me semble qu’il s’agit plus d’une variabilité d’une même espèce qui s’organise en sociétés différentes et distinguées, ne se mélangeant pas ou peu, ce qui a terme pourrait conduire par des isolements génétiques suffisants pour former des espèces distinctes. En réalité il s’agit d’une sorte de phénomène culturel et les jeunes Orques sont enseignées des modalités particulières de leur « clan » par les adultes.

©© byncsa – Rémi Poncet – INPN

Espèce cosmopolite connue dans toutes les mers et les océans du Monde, plus nombreuse dans les eaux froides. On en trouve d’importants effectifs dans le Nord du Pacifique, par contre il n’y a guère plus de 70 individus dans le l’Atlantique Nord. Localement en déclin comme dans le secteur du St Laurent ou de régulière dans les années 1940, l’espèce est devenue tout à fait exceptionnelle (pas de contact depuis 2014).

On trouve cette espèce en France, au moyen et grand large dans l’Atlantique depuis le Pays Basque au nord de la Bretagne. N’est pas dans la Manche, ni en Méditerranée. Connue au large du Poitou-Charentes.

L’Orque épaulard ne migre pas à proprement parler, mais dans quelques cas peut suivre des Baleines en migration pour se nourrir. Maturité sexuelle entre 12 et 16 ans chez les femelles et 10 et 17 ans chez les mâles. L’espèce se reproduit toute l’année, mais plus aux intersaisons. La gestation dure entre 15 et 18 mois. Les jeunes, s’ils se nourrissent rapidement de proies, continuent de téter leur mère jusqu’à l’âge de un an. Une même femelles peut avoir des petits chaque année. Si les mâles ne vivent que jusqu’à 50 ans, des femelles atteignent le siècle. L’espèce forme de groupes nommés clans ou pods, de 5 à 20 individus. Il s’agit d’une espèce très sociale dont les groupes sont formés aux des femelles et leur décendance (matrilinéaires). La durée des plongées est brève (quelques minutes), mais peut atteindre les 20 mn.