Point sur les Odonates patrimoniaux de Provence (Paca) – 21 février 2002

Odonates dans les Hautes-AlpesCommuniqués odonatologiques

Le point résumé par espèces est le suivant :

  • Lestes macrostigma : en absence de données récentes est à placer en catégorie UICN « Menacée » et à mettre à la liste des espèces déterminantes pour ses gîtes de reproduction, ce qui exclu les cas d’invasions exceptionnelles.
  • Somatochlora meridionalis : le statut UICN « ? » est adapté.
  • Coenagrion mercuriale : placée en espèce déterminante, doit, être considérée seulement dans le cas de populations viables (reproduction ou observation sur un nombre significatif d’années).
  • Cordulegaster boltonii : représentée par la sous-espèce immaculifrons (la sous-espèce boltonii étant à rechercher dans les Hautes-Alpes) mérite placée comme espèce déterminante mais alors seulement dans le cas de populations viables (voir ci-dessus). Son maintien pourrait ne pas se justifier en regard de sa bonne représentation en Provence (cf. Boudot). Il convient de juger des risques de menaces sur la qualité des eaux pour maintenir cette espèce.
  • Sympecma paedisca : doit être considérée comme une espèce éteinte (E) ou mal connue (?). Si redécouverte, elle doit entrer dans la liste des espèces déterminantes. – [Noter ici que la mention de ce taxon dans les Alpes-Maritimes correspond à une erreur d’interprétation de l’article de Bilek qui en définitive parle des mentions iséroises données par Jurzitza. Cette espèce n’a jamais été vue en PACA (C.Deliry, com. ultérieur)].
  • Ophiogomphus cecilia : une seule station connue en PACA, sur Vergière, à placer comme espèce déterminante.
  • Stylurus flavipes : vraisemblablement présente en PACA, indiquée par K.J.Morton à Arles le 2 juillet 1911 (Handbook d’Askew) ainsi que possiblement présente au Canal de Vergière (archives de l’Ecomusée).
  • Cordulegaster bidentata : rarement cité en PACA, mérite d’être intégré au moins au statut UICN « ? ».

  • Lestes dryas : bien représenté en en fortes populations sur les Hautes-Alpes.
  • Coenagrion hastulatum : doit être rarissime en PACA, à analyser sérieusement.
  • Coenagrion scitulum : à analyser, présenterait de belles populations en Crau humide (Arles) notamment.
  • Ischnura pumilio : espèce assez fréquente en PACA, mais en petites populations.
  • Aeshna grandis : à analyser, rarement citée.
  • Gomphus graslinii : espèce absente de PACA. – [L’espèce a été découverte localement depuis (C.Deliry, com.)].
  • Boyeria irene : assez fréquente et bien répartie.
  • Epitheca bimaculata : absente de PACA.
  • Macromia splendens : absente de PACA.
  • Leucorrhinia (albifrons, caudalis, pectoralis, rubicunda) : toutes absentes de PACA.
  • Sympetrum danae : très bien représenté dans certaines zones des Hautes-Alpes et fréquemment signalée dans d’autres départements.
  • Sympetrum flaveolum : à analyser, espèce localement abondante.

Espèces oubliées : Lestes sponsa, Erythromma najas*, Coenagrion pulchellum*, Ceriagrion tenellum, Cordulia aenea*, Somatochlora metallica* (rarissime en PACA), Somatochlora arctica* (rarissime), Leucorrhinia dubia* (peu citée). – Espèces à intégrer dans la liste rouge régionale (*).


L’affinement et les analyses restent à réaliser avec les odonatologues locaux de la région, ainsi qu’avec la Société française d’Odonatologie. Du côté du Groupe Sympetrum nous nous limiterons à la mise en place d’une Liste Rouge pour les Hautes-Alpes.

Deliry C. [2002] – Point sur les Odonates patrimoniaux de Provence (Paca). – Communiqués odonatologiques, 21 février 2002. – ONLINE