Printemps 2024 : les Libellules sont bien pressées !

OdonatesCommuniqués

Si les Hirondelles ne semblent progressivement plus faire le printemps, les Libellules au sortir de l’hiver font déjà les reines de la voltige. En 2024 ce sont déjà de nombreuses espèces qui sortent sous une simple requête faite sur Faune France ➚… à la mi-avril au moins une fois, avec certes un travail qui reste à faire, le tri entre éventuelles larves ou exuvies à l’abris (çà je l’ai fait), données incertaines… n’en jetez plus, la coupe a débordé cette année.

L’enthousiasme et l’excitation est général chez les naturalistes, heureux de revoir leurs Insectes préférés et peut-être ne se rendant pas compte de l’ampleur du phénomène. Doit-on s’en réjouir ou ne faut-il pas plutôt, déjà en prendre conscience et plutôt s’en inquiéter ? En tout cas, c’est à pour moi une certitude, les Odonates sont bien des marqueurs des changements climatiques qui s’opèrent désormais et qui sont devenus très critiques depuis juin 2023 (voir sur ce point : Deliry 2024).

Le réveil des Libellules est symbolisé par l’observation de cinq Ischnura elegans à l’émergence observés par Alain Cochet le 9 mars 2024 à Mont-de-Marsan (Landes), suivent le 10, trois Pyrrhosoma nymphula signalés à Lanester (Morbihan)…, le 18 mars, une femelle assez jeune de Sympetrum striolatum est photographiée à Marseille (Bouches-du-Rhône). Peu après on note quelques premières pontes pour les Sympecma fusca qui entrent en activité reproductrice.

Je lis, j’écoute, je vois… et je me dis intuitivement : elle est bien précoce cette donnée ! … puis celle-là, puis celle-ci ! J’ai l’impression ce printemps 2024 que les Libellules sont bien pressées et les cas apparents d’observations précoces… est-ce que ce ne sont que des impressions ? Ma mémoire me fait-elle défaut ou suis-je plus attentif ?

Je n’ai pas le temps de faire les analyses, téléchargements et études poussées, alors j’ai sorti de mon tiroir un grand tableau qui avait été mis en ligne par Jean-Michel Faton il y a plus de 10 ans et qui a été renseigné bon an, mal an par divers naturalistes… Ce tableau archive tant des dates précoces que des dates tardives et ce sont les premières qui nous intéressent. Il est toujours en ligne et a été renseigné régulièrement jusqu’en 2019 (Faton 2024).

La référence sera donc ce tableau avec ses imperfections et ses qualités. Si une trentaine d’espèce a été observée au moins une fois avant la mi-avril, à mon sens il n’y en a qu’une dizaine qui sont significativement signalée avant le 15 avril en France ; je les ai mise en évidence en gras et en couleur dans la liste donnée ici. Les mentions suivantes sont orientées par le fait que les naturalistes ont considéré qu’elles étaient significativement importantes pour être rapportées. A la date du 15 avril nous avons dans le tableau :

  1. Anax imperator Record en 2024 Cité une seule fois avant la mi-avril, le 12 avril, en 2017, à Montélimar (Drôme)… puis le 19 avril, en 2011, à Roquefort (Landes). Première observation – incroyable – le 19 mars 2024 à Saint-Christophe-du-Ligneron (Vendée) (Hemianax [?], larves [?]) puis à une date record, un imago mâle, le 6 avril 2024 à Hyères (Var), des larves restent signalées et les données pourraient manquer de précision, mais un mâle est photographié le 13 avril 2024 à Soyons (Ardèche). Quelques incertitudes subsistent, mais les mentions du 6 et surtout du 13 avril, sont bien des imagos. Cette espèce est réputée voler de mai à octobre en Europe et de mars à janvier en Afrique du Nord (Deliry 2017).
  2. Brachytron pratense Records en 2024 … quatre fois, dès le 5 mars en 2001 à Maussane-les-Alpilles (Bouches-du-Rhône) ou le 3 avril en 2013 à Bourg-lès-Valence (Drôme). Une observation le 7 mars en 2024 aux Saintes-Maries-de-la-Mer (Bouches-du-Rhône) est conforme à ce qui est déjà connu, sinon elle n’est pas signalée avant le 22 mars, mais alors bien plus au nord, ce qui me paraît une grande première de précocité, à Hoedic (Morbihan). Elle est déjà observée le 25 mars à Saint-Pierre-d’Oléron (Charente-Maritime), le 1er avril on l’a déjà vue en deux endroits à Serrières-de-Briord (Ain) et le 5 avril, une exuvie trouvée à Crolles (Isère) révèle sa reproduction effective, très très tôt pour l’endroit ! Les données sont presque « nombreuses » dès le début du mois d’avril en France. Connue pour voler de fin mars à juillet en France (Deliry 2017).
  3. Calopteryx haemorrhoidalis Records en 2024 – … une fois, dès le 30 mars 2001 à Maussane-les-Alpes (Bouches-du-Rhône)… puis le 26 avril en 2007 à Châteauneuf-du-Rhône (Drôme). Un individu à Jouques (Bouches-du-Rhône) le 5 avril 2024, photographié à Hyères (Var) le 11, signalé sans effectif (donc probablement régulier), les 12 et 13 avril à Mouans-Sartoux (Alpes-Maritimes). En France, cette espèce vole de mi-mai à fin-août, ou mi-septembre en Corse (Dommanget 1987).
  4. Calopteryx virgoRecord en 2024 – … trois fois, dès le 8 avril en 2014 à Mont-de-Marsan (Landes). Elle est déjà notée le 22 mars en 2024, à Saint-Barthélémy-de-Vals (Drôme), à la mi-avril le nombre de mentions en France est déjà très conséquent mais les effectifs annoncés restent réduites, avec un maximum d’une dizaine à Arès (Gironde) le 10 avril 2024. Elle vole d’avril à fin octobre en sur son aire globale (Deliry 2017).
  5. Calopteryx xanthostoma Record en 2024 – … une fois, dès le 25 mars en 2016 à Prades-le-Lez (Hérault)… puis le 5 mai en 1990 à Lanas (Ardèche). Un vu le 5 avril 2024 à Montesquieu-des-Albères (Pyrénées-Orientales), un le 7 à Taillan-Médoc (Gironde). Réputée voler de mai à octobre en sur son aire globale (Deliry 2017).
  6. Chalcolestes viridis – … une fois, dès le 14 avril en 2017 à Chabeuil (Drôme)… puis le 5 mai en 1998 à Albigny-sur-Saône (Rhône). Aucun imago… en 2024 pour l’instant (doute donc sur toutes les données signalées ici !) : traces de pontes ou larves seulement sur la période considérée. L’espèce n’est pas réputer voler avant mai, voire en juin si on se base sur divers auteurs anciens (in Deliry 2022).
  7. Coenagrion mercuriale Records en 2024 – … quatre fois, dès le 28 mars en 2014 à Blyes (Ain) ou le 2 avril en 2016 à Saint-Paul-Trois-Château (Drôme). Déjà mâtures, ce sont trois mâles, photos à l’appuis qui sont observés à Mont-de-Marsan (Landes) le 22 mars en 2024 puis les jours suivants sur la même localité. Une femelle immature est proposée pour Arles (Bouches-du-Rhône) le 1er avril, plus de 7 à Jouques (Bouches-du-Rhône) le 5 avril et déjà plus de 20 individus à Livron-sur-Drôme et plus de 10 à Saulce-sur-Rhône, deux localités de la Drôme : nous sommes le 6 avril 2024. Des mentions quasi régulières suivent… et l’espèce est déjà en émergence à la latitude de la Bretagne. Cet Agrion est connu pour voler d’avril à novembre, mais seulement de mai à août pour le Nord de la France (Deliry 2017).
  8. Coenagrion puella Record en 2024 – … 6 fois, dès les 17 mars en 2019 à Eurre (Drôme) ou le 30 mars en 2017 à Valence (Drôme). Premiers le 20 mars en 2024 à Saulce-sur-Rhône (Drôme). Les mentions sont tout à fait régulières ensuite… Cette espèce est réputée voler de fin avril à début septembre en France (Dommanget 1987).
  9. Cordulia aenea Record en 2024 – … 4 fois, dès le 29 mars en 2017 à Mont-de-Marsan (Landes) ou le 5 avril en 1999 à Hostens (Gironde). La première exuvie, vue et photographiée le 2 avril 2024 à Bessas (Ardèche)… suivi très régulièrement par diverses observations dès lors et les effectifs approchent la dizaine d’individus sur diverses stations. Dans les plaines de France on voit cette espèce en vol entre la fin avril et début juillet alors qu’en altitude elle peut encore être observée jusqu’à fin août (Dommanget 1987).
  10. Enallagma cyathigerumRecords en 2024 … 3 fois, dès le 30 mars en 2012 à Brégnier-Cordon (Ain). Deux individus à Printegarde (Drôme) le 1er avril 2024 suivis de diverses mentions régulières ailleurs en France, dès le 6, ce, jusqu’aux latitudes de la Bretagne, du Bassin Parisien et même de l’Oise… Elle est réputée voler de fin avril à octobre en Europe, avec des mentions anachroniques en décembre ou février (émergences accidentelles) (Deliry 2017).
  11. Epitheca bimaculata – … 2 fois, dès les 13 avril en 2014 et en 2020, respectivement à Saint-Etienne-du-Bois (Ain) et à Lent (Ain). Toujours aucune mention à la mi-avril 2024. Elle vole d’avril à mi juillet en Europe (Deliry 2017).
  12. Erythromma lindenii – … une fois, dès le 15 avril en 2016 à Prades-le-Lez (Hérault). Toujours aucune mention à la mi-avril 2024. Elle vole d’avril à septembre, voire novembre sur son aire globale (Deliry 2017).
  13. Eurothemis fulva (= Libellula fulva) Records en 2024 – … une fois, dès le 17 mars en 2002 à Livron-sur-Drôme (Drôme)… puis le 24 avril en 2003 à Labarde (Gironde). Les premières sont signalées en Corse, à Borgo, le 6 avril 2024, ainsi que dans le Var, le 7 à Hyères-les-Palmiers, le 8 dans l’Ain à Blyes… puis les observations deviennent quasi régulières, mais toujours en faibles effectifs, ailleurs. En France, cette espèce est connue pour voler de début mai à fin juillet (Dommanget 1987).
  14. Gomphus pulchellus Record en 2024 … une fois, dès le 12 avril en 2011 à Messanges (Landes)… puis le 23 avril en 2007 à Eurre (Drôme). En avance, un mâle à l’émergence le 6 avril 2024 à Lagrange (Landes), un autre émerge le 7 à Duhort-Bachen (Landes), trois à Céran (Gers) le même jour, etc. Elle vole d’avril à début septembre sur son aire globale (Deliry 2017).
  15. Gomphus vulgatissimus Records en 2024 – … trois fois, dès le 11 avril en 2014 à Mont-de-Marsan (Landes). Premier vu le 20 mars 2024 à Saint-Laurent-de-Cognac (Charente), une émergence le 1er avril 2024 à Saint-André-de-Seignanx (Landes). Les mentions tendent à devenir régulières dès le 10 avril, ce, jusqu’aux latitudes des Deux-Sèvres ou du centre du Bassin Parisien. Cette espèce est réputée voler de fin avril à août sur son aire globale (Deliry 2017).
  16. Hemianax ephippiger (= Anax ephippiger) – … une fois, dès le 15 mars en 2002 à Maussane-les-Alpilles (Bouches-du-Rhône). Pas d’autres citations dans le tableau qui est très lacunaire pour cette espèce. La venue (dates normales pour l’Espagne ou le Portugal, mais rarissimes pour la France), d’individus est signalée dès le 17 février 2024 (date normales pour l’Espagne ou le Portugal, mais rarissimes pour la France) à Vic-la-Gardiole (Hérault) et le même jour cinq individus au Canet-des-Maures (Var)… d’autres mentions suivent dès le mois de mars et une bonne arrivée est prévisible ce printemps. Plusieurs citations du 14 mars 2024 dans l’Hérault sont à mon sens compatibles avec des émergences locales d’individus ayant réalisé (exceptionnellement) leur développement larvaire en période hivernale en France, à l’instar de ceux que j’ai pu constater (exuvie à l’appuis) en Camargue il y a quelques années. Le 17 mars, l’espèce est vue dans la Drôme, toutefois encore pendant quelques jours toutes les autres mentions restent consignées aux départements de la bordure méditerranéenne. Le voici de nouveau au nord, dans le Rhône le 6 avril 2024. Il y a déjà près d’une cinquantaine de mentions en France dont les deux-tiers et les plus précoces concernent les départements du littoral méditerranéen. Par l’ouest l’espèce n’a pas dépassé la latitude des Landes, elle a atteint exceptionnellement le Cher par le Centre de la France et par l’axe Rhône-Saône, la Saône-et-Loire concerne déjà quelques observations. Indiquée tout l’hiver en Afrique du Nord (Deliry 2022), des remontés sont désormais régulières par le sud de l’Espagne ou le Portugal dès le cœur de l’hiver…
  17. Ischnura elegans Records en 2024 – … treize fois, dès le 11 mars en 2019 à Surgères (Charente-Maritime). Les deux premières émergences sont signalées le 7 mars 2024 à Mont-de-Marsan (Landes) et depuis plus de cent observations ont été répertoriées en France, mais toujours en faible effectif, avec un record numérique de plus de trente individus, aux deux-tiers mâtures, à Mont-de-Marsan encore, le 1er avril 2024. Cet Agrion est réputé voler en Europe d’avril à fin septembre, anachronique en novembre (Deliry 2017).
  18. Ischnura pumilioRecord en 2024 – … deux fois, dès le 25 mars en 2001 à Arles (Bouches-du-Rhône) et le 14 avril en 1991 à Vallon-Pont-d’Arc (Ardèche). Trois le 2 avril 2024 à Beaumont-lès-Valence (Drôme), les mentions tendant à devenir régulières ensuite. Elle vole de mars à octobre, voire jusqu’en novembre en Europe (Deliry 2017).
  19. Lestes dryas Record en 2024 – … deux fois, dès le 6 avril en 1996 à Lorlanges (Haute-Loire) et le 15 avril en 2007 à Sainte-Hélène (Gironde)… puis rien avant le 26 mai en 2007 à Boz (Ain) ! Une observation d’une femelle, avec description conforme, le 12 avril à Sabres (Landes) et l’unique mention d’imago pour l’instant pour l’année 2024. Elle est réputée voler de mai à octobre en Europe (Deliry 2017).
  20. Leucorrhinia pectoralis Record en 2024 – … une fois, dès le 14 avril en 2021 à Viriat (Ain). Précoce, une exuvie trouvée le 11 avril 2024 à Viriat (Ain)… sinon une larve déterminée in situ le 14 à Lent (Ain). La date précoce du 7 avril est donnée pour la région Poitou-Charentes (Précigout & al. 2013), cette phénologie hâtive est confirmée récemment pour le pays (Faune France vu en 2019 in Deliry 2022).
  21. Libellula quadrimaculata – … quatre fois, dès le 4 avril en 2017 à Mont-de-Marsan (Landes). C’est très au nord que la première mention est donnée, le 5 avril 2024, une mâle émergent à Maure-de-Bretagne (Ille-et-Vilaine). Cette mention est précédé par plusieurs déterminations de larves qui n’interviennent pas dans la phénologie imaginale évidemment… le 14 avril 2024, les mentions se multiplient significativement. Elle est réputé voler d’avril à septembre en Europe (Deliry 2017).
  22. Orthetrum albistylum – … une fois, dès le 5 avril en 1997 à Orléat (Puy-de-Dôme)… puis le 18 avril en 2011 à Pomarez (Landes). Une citations, avec photo, en date du 14 avril 2024, a été supprimée… une erreur probable de saisie… à suivre. Elle est connue pour voler d’avril à septembre en Europe (Deliry 2017).
  23. Orthetrum cancellatum Record en 2024 – … une fois, dès le 12 avril en 1991 à Arles (Bouches-du-Rhône). Une femelle à La Crau (Var) le 7 avril 2024, trois à l’émergence le 8 à Arles (Bouches-du-Rhône). Les observations tendent à devenir presque régulières dès le 12. Elle est réputée voler de fin mai à mi septembre, attardée jusqu’à fin septembre en Europe (Deliry 2017).
  24. Platetrum depressa (= Libellula depressa) – … trois fois, dès le 5 avril en 1997 à Orléat (Puy-de-Dôme). Premier contact avec des imagos avec une femelle le 6 avril 2024 à Lagrange (Landes), les mentions devenant régulières à peu près dès le 10… Si on connaît des mentions parfaitement anachroniques de février ou mars en Europe, la période de vol normale est connue entre fin avril et début août (Deliry 2017).
  25. Platycnemis acutipennis Record en 2024 – … une fois, dès le 12 avril en 2011 à Messange (Landes). La première observation 2024 concerne une femelle immature signalée le 6 avril à Ancône (Drôme). Plusieurs mentions suivent dès lors… Elle est connue pour voler de fin avril à septembre sur son aire globale (Deliry 2017).
  26. Platycnemis pennipes – … une fois, dès le 5 avril en 1997 à Orléat (Puy-de-Dôme)… puis le 21 avril en 2003 à Arles (Bouches-du-Rhône). La première est indiquée le 6 avril 2024 à Ancône (Drôme), tout comme une mâle immature à Marignieu (Ain) le 11 et plus de 5 imagos, le 14 à La Rochebeaucourt-et-Argentine (Dordogne). Elle vole d’avril à octobre en Europe (Deliry 2017).
  27. Pyrrhosoma nymphula – … douze fois, dès le 5 mars en 2014 à Cieux (Haute-Vienne). Premières signalées le 10 mars en 2024 à Lanester (Morbihan). A noter le découverte dans une maison d’un individu vivant et qui pourrait y avoir survécu tout l’hiver [?] (Saint-Régis-du-Coin – Loire). Cette espèce régulièrement hâtive a d’ores et déjà été signalée une centaine de fois en France à la date de la mi-avril. Elle est réputée voler de fin mars à mi août (cas d’émergence anachronique connue fin septembre) en Europe (Deliry 2017).
  28. Sympecma fusca – … dès le 2 janvier en 2008 à Saint-Martin-au-Laert (Pas-de-Calais)… non significatif pour cette espèce pouvant être observée tout l’hiver : le tableau comprend une quinzaine de mentions que les observateurs ont jugé utile de signaler, la plus tardive correspondant à un 27 mars… après on ne la cite plus, donc ne la considère plus comme « précoce ». Les Lestes bruns en 2024 ne semblent pas s’être montré en activité avant la mi-janvier, mais ils sont ensuite régulièrement signalés au gré des aléas météorologiques favorables ou non… il y a déjà des individus ayant basculé vers un état considéré comme mature bien reconnaissables au bleuissement de leurs yeux, marrons auparavant, dès la fin du mois de janvier : c’est tôt ! Pidancet (1856) est un des premiers à avoir bien compris les périodes de vol de ce Leste. Il propose deux périodes de vol pour la région de Besançon : mars à juin puis d’août à septembre. Les observations hivernales d’imagos ne sont révélées qu’au cours de la seconde moitié du XIXe siècle. Dommanget (1987) propose début avril (parfois avant selon le climat) pour le réveil habituel de cette Libellule en France, désormais ce réveil, à l’échelle de l’Europe s’observe dès février ou mars (Deliry 2017).
  29. Sympetrum fonscolombei (= Sympetrum fonscolombii) Records en 2024 – … une fois, dès le 13 avril en 2011 à Messanges (Landes)… puis le 23 avril en 2001 à Arles (Bouches-du-Rhône). Un mâle mature est observé le 24 février 2024 au Cannet-des-Maures (Var), il peut venir d’ailleurs ou avoir émergé de manière anachronique dans le secteur en plein hiver. Le 18 mars 2024, une femelle photographiée à Marseille (Bouches-du-Rhône) est regardée comme très précoce. J’ai regardé la photo, c’est une jeune femelle de l’année qui a probablement émergé à assez faible distance de cet endroit. Cette espèce est connue pour voler de mars à décembre à nos latitudes, et on connaît en Europe des cas d’émergence anachronique, notamment en Espagne en janvier ou en février (Deliry 2017).
  30. Sympetrum striolatum – … une fois,, dès [?] le 14 avril en 2000 à Arles (Bouches-du-Rhône)… puis le 14 mai en 2003 à Livron-sur-Drôme (Drôme). A l’instar des années précédentes, les Sympetrum striolatum ont été vus en quelques localités jusqu’à fin décembre et de nouveau en janvier. Il y des citations encore les 22 mars 2024 à Plan-Médoc (Gironde), le 27 mars à Vendres (Hérault) qui sont de manière indubitable des survivants qui ont réussi à passer l’hiver à l’état d’imago, et, la citation d’une femelle considérée comme mature le 14 avril à Saint-Vigor-d’Ymonville (Seine-Maritime) semblerait donc être dans la même dynamique et selon moi concerne alors un individu survivant dans le sud s’étant déplacé à plus forte latitude. Ceci donne à penser que l’observation de 2000 faites à Arles en 2000 est dans la même logique et que la nouvelle génération, sur la base du tableau, ne survient pas avant la mi-mai. Il y a donc un mois sans Sympetrum striolatum vu en France entre la mi-avril (survivants) et la mi-mai (nouvelle génération). Nous sommes évidemment sur des extrêmes ! Je notais qu’en Europe, en définitive, on peut voir ce Sympétrum presque toute l’année, y compris en France (Deliry 2017).

Deux Sympetrum meridionale cités le 26 janvier 2024 à Villeveyrac (Hérault) posent questions. Je ne connais aucun cas d’observation hivernale de l’espèce en France, du moins pas dans le cœur de l’hiver. Le cas se présente de nouveau, alors à Bages (Aude) le 14 février ainsi que le 18 à Alzonne (Aude) et encore le 29 mars à Villalier (Aude). Le Roussillon est repéré ! Je ne connaissais pour ce Sympétrum, en Europe rien avant fin mai (Deliry 2017). Le 14 février, une nouveauté pour moi aussi, Sympetrum sanguineum à Auch (Gers), mais les photos montrent des individus qui sont à mon avis des Sympetrum striolatum très âgés. On peut douter de cet Anax parthenope signalé en Corse (Lucciana) le 14 mars 2024. Il n’y a en effet rien dans le Calendrier (Faton 2024) avant un 23 avril, c’était en 1991 à Arles (Bouches-du-Rhône), vu par moi-même1. En Europe j’avais noté des mentions entre mai et septembre, mais dès mars et jusqu’en novembre pour l’Afrique du Nord (Deliry 2017). Une femelle de Calopteryx splendens est photographiée le 21 mars à Orange (Vaucluse)… on n’en avait jamais vu avant un 19 avril, en 2006 (Beaucaire – Gard). La photographie me paraît conforme à cette espèce. Il est le 4 avril 2024 à Niort (Deux-Sèvres ; le lendemain sur cette même commune l’espèce est enregistrée sur trois localités !) ainsi qu’à Vindelle (Charente, photo vérifiée). J’avais noté la période d’avril à octobre pour ce Caloptéryx en Europe (Deliry 2017). Le 4 avril 2024 aussi est signalé le premier Platycnemis latipes, c’est à la Roche-Noire (Puy-de-Dôme). Je la connais pour voler de fin avril à septembre à l’échelle de sa zone de répartition globale (Deliry 2017). C’est sans surprise qu’Ischnura genei est cité dès le 7 avril 2024 à Borgo (Corse), cette libellule étant assez peu suivie par la Communauté odonatologique. J’ai noté la période d’avril à octobre pour le vol de cette espèce qui est au moins bivoltine (Deliry 2017). Ailleurs en Europe, en Espagne, Portugal, Italie… l’événement est similaire avec des espèces supplémentaires ou des effectifs supérieurs et le concept de précocité et de records à tous les étages est généralisé.

En guise de conclusion provisoire

••• Adhérez à La Selysienne et participez aux connaissances sur les Odonates •••
Image empruntée et rapportée dans mon article du 12 janvier 2024 sur les Changements climatiques (Deliry 2024), voyez le décrochement net et critique de la courbe des températures moyennes de la Terre dès juin 2023 !

par Cyrille Deliry, rédigé les 14 et 15 avril 2024

Références cités

  • Deliry C. 2017 – Odonata europaea. – Histoires Naturelles n°49. – PDF
  • Deliry C. 2022 – Odonates en France. – Histoires Naturelles n°65, v.3 du 17 février 2022 (première édition 12 février 2022) : 388 pp. – PDF
  • Deliry C. 2024 Le tampon thermique de notre planète est rompu depuis juin 2023. – Histoires Naturelles, Miscellaneous Biodiversita, en ligne. – ONLINE
  • Dommanget J.L. 1987 – Etude faunistique et bibliographique des Odonates de France. – MNHN, Inv. de Faune et de Flore, fasc. 36. – ONLINE
  • Faton J.M. (coord.) 2024 Calendrier des libellules de France. – Tableau excel en ligne.
  • Précigout L. (coord.), Poitou-Charentes Nature 2013 – Plan national d’actions en faveur des odonates : Déclinaison Poitou-Charentes (2013-2017). – PCN & col. : 112 pp. – PDF LINK

Observateurs, naturalistes contributeurs

  • Faune France (observateurs) – Adelving F., Albisson A., Aliser V., Allain J., Alvarez L., Andeol F., Ancla C., André M., Anonyme (masqué), Antoine J., Armand T., Arrou C., Aulagnier G., Aubin G., Audevard A., Balança G., Balança M., Barataud J., Barbier S., Barbosa E., Bareyre T., Barneix G., Barrès J.L., Barret-Laour B.L., Barussaud P.L., Bassard M., Bastian B., Bastide N., Batazole T., Baudin B., Bauple G., Baysang D., Bedrines G., Beliarde D., Benaiche L., Bellarde D., Belaud M., Bendinelli S., Benmouhoub R., Benoist O., Bensac A., Beraud N., Bernard C., Bernard Y., Berrou C., Bert A., Bes V., Beschet L., Besson F., Bezanger T., Beze P., Bichot C., Billard M., Blanc J., Batzenschlager V., Bigaut M., Boisseau E., Bompar J.M., Bonnet T., Borderioux C., Boré G., Bost S., Bosch M., Boscher B., Boucherot M., Bougnol O., Bouleisteix L., Bouzendorf F., Boyer C., Boyer G., Boyer N., Boyer P., Bozonnet A., Branciforti J., Bredel T., Breton J.M., Brindejonc H., Bronner J.M., Brun A., Brun M., Bruneau M., Brunet S., Buis M., Bur Saint-Dizier L., Buriasco M., Burtin F., Bury D., Buissart J., Buscaglia V., Cabard P., Caborderie L., Cadino J.B., Calladine A., Caloin F., Cambon P., Catry N., Caucal P., Ceyte S., Chabot G., Chabot J.L., Champion E., Chanteranne M., Chapuis S., Chaput E., Charbonneau A., Charneau D., Charpin M., Chaurand S., Charrier R., Chauvet C., Chaveau A., Chevalier P., Chevrier G., Chretien J., Claude C., Claude H., Clavier R., Cochet A., Colin R., Colin T., Combe L., Cornec S., Corre S., Cossec J., Coulon C., Courgeon N., Courmont L., Coursimault M., Coutant A., Couturier J.N., Cozannet A., Crégut B., Creff M., Csutoros A., Cudennec F., Cuenot A., Cuenot T., d’Accunto A., Dagès M., Danauska A., Darblade S., Daumal T. David J., David L., de Ferrières P., de Linares J., de Schoenmacker M., de Titta A., de Vlieger M., Decan A., Defontaines P., Degabriel C., Delâge M., Delaval A., Delhomme B., Deliry C., Demange L., Denos A., Derry N., Descremps M., Despeaux M., Deveaux J.L., Dieul N., Dissard F., Divrande A., Domingues-Haccart L., Dramard J.M., Dréano M., Duchenne B., Dubois S., Dubois Y., Ducos E., Ducout B., Ducrotoy M., Dufour J., Dufour P., Dulau S., Dumont N., Dumottay A., Dupriez C., Dupuis G., Elliot J.L., Enselme G., Encinas L., Eon A., Escot F., Esnault J.Y., Esnaut Q., Esslinger M., Fagart S., Faton J.M., Faure A., Fauvel G., Fetique L., Fichaux P., Field V., Fizesan B., Fleytou L., Florczyk C., Florens O., Fontaine G., Fonteneau A., Fouchard M., Foucher C., Fougeroux J., Foulon M., Fourmann A., Frutiaux C., Fuento N., Fusari M., Gache J.L., Gaillard P., Gaillard S., Galland C., Gangloff E., Garcia Celada I., Gardien S., Garriou J., Gasperini M.A., Gaudin C., Gaultier T., Gautier R., Gayet P., Genter R., Georges S., Gillardot D., Giquel Q., Giusti A., Godreau D., Gouyet A., Grèze J.P., Grimaud A., Grimaud P., Grimaud S., Grisser P., Grundu C., Guedon H., Guerard M., Guerin R., Guerville M., Guillet M., Guillou M., Guinnet M., Guinot H., Guislain M.H., Guyomard M., Haber E., Hahn J., Hallot V., Hamdaoui L., Havet D., Hazouard A., Hazouard G., Hennequin E., Herbert N., Herremans Y., Herrmann N., Hery R., Heugas T., Hindermeyer M.P., Hindermeyer X., Höneher P., Houpert S., Hubert B., Huebert L., Huguet E., Hunault A., Jacob L., Jaëgy C., Jallat Q., Jame H., Janiaud J., Jariod F., Jeannin B., Jenecourt A., Joannès G., Jomat L., Jourdain A., Jourdain B., Jourdain T., Jourde P., Jouvenez G., Juif L., Juliand C., Juliand P., July E., Juppet G., Kabouche B., Kieffer N., Krieg-Jacquier R., Kriegel M., Labadie T., Ladet A., Lafitte C., Lallemant J.J., Lamy A., Lanjuin C., Lathuille L., Laur-Fournié P., Laurence F., Laurende F., Laurent D., Laurys J., Lavoué P., Le Ball Y., Le Bert R., Le Calvez A., Le Corre M., Le Doaré J., Le Dû P., Le Gall E., Le Goff Y., Le Guen G., Le Guen P., Le Guennec D., Le Louaver M., Le Mell B., Le Merrer C., Le Roux A., Le Roy E., Lebondidier P.L., Leclerc F., Leconte L., Lédée A., Legendre F., Lehalle A., Lemoine V., Lesaine A., Lescuryer D., Lesourd J., Letellier J., Letessier C., Lievin A., Limagne B., Limagne V., Long B., Longarini S., Lordez J.M., Louvet M., Lux T., Lyonnaz M., Madern N., Mainguy L., Maire D., Maire I., Manceau L., March D., Marin P., Marmet N., Marnier S., Marsaud L., Marthon P., Martin A., Martin J., Massin Y., Mason A., Mason C., Masson F., Massin Y., Médan C., Melbeck D., Même-Lafond B., Mercier F., Mercier P., Merland F., Mertens M., Métais F., Meyer X., Micallef C., Michels C., Miguet P., Minmeister M., Mohr P., Moisan B., Mokuenko N., Molinier L., Molinier V., Mongin F., Montagner S., Montenot J.P., Moreau P., Morvan C., Moulin J.P., Mroczko C., Müller R., Murguet A., Muryn P., Naud F., Neuville M., Neveu A., Nicolas J.P., Noally L., Noël O., Nogier M., Nolin F., Noyer E., Oates M., Orecchioni Y., Othilie G., Ottevaere S., Pac de Rus P., Pagot C., Palvadau M., Panisse C., Papon P., Pâquereau R., Paris P., Pascal G., Pavailler M., Peillet R., Pellerin V., Pelloquin J., Pépin F., Perdriat R., Perez G., Petit R., Petitours M., Peyrard O., Peyrelongue J.B., Picard D., Pietrenko N., Pigeau M., Pingeot S., Pineau A., Piney B., Pirio M., Plana B., Plé E., Ploquin H., Poignant G., Poisson O., Ponthieux Y., Poirier F., Potier F., Portier F., Pouteil-Noble S., Prat A., Prat-Mairet Y., Prévost O., Provost R., Pudepiece A., Py D., Quartier T., Queval B., Quison L., Raimondi E., Rauzières F., Reisinger O., Reteau F., Reymond E., Ribakowski C., Ribes A., Richard J., Richard P., Risoud G., Ritter P., Rivaud J., Robinet C., Robuschi H., Rochas P., Roche B., Rolland L., Rolland P., Romet M., Rouge A., Rougeron A., Rouillon T., Rouschmeyer L., Rousset P., Roux N., Rouxel N., Royer H., Rozier B., Ruchon E., Ruffin S., Salinier E., Salmon A., Salvi N., Sanitas C., Sannier M., Save W., Schaming Q., Schwarz T., Serra P.A., Sibaud E., Smit Y., Solari M., Soudagne R., Soulon F., Soulon H., Souret L., Spampani V., Staub D., Suarez D., Taberlet F., Tanquerel T., Tauru H., Terrien M., Tessier L., Testaert D., Thelma V., Thiberville I., Thieme J., Thibaud J.M., Thivolle A., Thonon D., Tillo S., Tonnelé-Verjus L., Tonuittti L., Toury B., Trébos M., Tremauville Y., Troncin-Batard L., Troncin-Batard M.C., Trouverie N., Vacher C., Vallverdu L., van der Veen T., van der Yeught, van Schoorisse G., van Halder I., van Zwynsvoorde D., Vanderbussche A., Vary P., Vautrin R., Venturin J., Venturin P., Vergne A., Vergon X., Véricel E., Verley J., Vialla A., Villiermet J., Vincent-Guédou B., Vincent-Guédou J., Viger H., Vignon E., Vollot B., Vonau F., Wagner S., Willer F., Zordan R., Zucca M., Zwanck A., Zwank F.M. – ADESEA 32, Association Bufo, Association Nature Nogentais, Biodiv Épage Symba Biodiversité Service Civique, Centre Ornithologique du Gard, CPIE Sud Champagne, France Nature Environnement Ain, Groupe Chiroptères Aquitaine, Groupe ornithologique de Normandie, LPO Bourgogne Franche-Comté, Guide Naturaliste Ot d’Arès, Ligue de Protection des Oiseaux, LPO Auvergne Rhône-Alpes, LPO France, LPO Occitanie, LPO Tarn, Nature Environnement Charente-Maritime, Office Français pour la Biodiversité, PNR de la Forêt d’Orient, PNR des Landes de Gascogne, PONSE, Réserve ornithologique du Teich, Société des Sciences Naturelles du Tarn-et-Garonne
  • Tableau (Faton 2024) – Informateurs : Bronnec F., Cochet A., Deliry C., Faton J.M., Foulon D., Hentz J.L., Jourdain B., Jouvel M., Krieg-Jacquier R., Ladet A., Le Merrer C., Louboutin B., Mariatte P., Sansault E., Viricel G. – Gard Nature, Groupe de Recherche et de Protection des Libellules Sympétrum, PN des Cevennes – Observateurs : Armand J., Arnaud J., Aurias M., Barois J., Bauvet C., Bazin N., Bertholier P., Blanc J., Blanchon T., Blanchon Y., Blasco A., Boch M., Boeglin Y., Boniface Y., Bonnin J.B., Boudeau J.P., Braud Y., Bronnec F., Caffin M.P., Calvet A., Carette A., Carnet M., Celeyron A., Ceyte S., Chambouleyron M., Cochet A., Cornuel-Willermoz A., Couvent S., Crofton R., Crozet D., David G., Dorgère A., Darnaud S., David L., Degrange C., Delasalles J.F., Deliry C., Deliry Héloïse, Doucet G., Dubois P., Duméry D., Dumont G.A., Faton Aurélien, Faton J.M., Foulon D., Funkiewiez K., Gauthier N., Gay N., Genoud D., Grand D., Haubrieux D., Hentz J.L., Hervé M., Jourdain B., Jouvel M., Juliand C., Juliand P., Konik E., Krieg-Jacquier R., Ladet A. Le Merrer C., Lescuyer D., Loppé L., Loreau M., Louboutin B., Louvel T., Lucchesi J.L., Marchal Oger O., Mariatte P., Moureau A., Müller E., Noguès J.B., Palomarès V., Papon P., Pappalardo C., Parrain N., Pélissié M., Pépin J.P., Piasco A., Pierron V., Pillard A.S., Pissavin S., Racine A., Roncin P., Roualt E., Rufer R., Sansault E., Scher O., Schleicher J., Tollari S., Tron F., van Halder I., Verne B., Viéron J.P., Vincent-Guédou B., Vincent-Guédou J., Viriciel G. – A Rocha France, Groupe Herpétologique de l’Ain, Licence ProATIB Lyon I, Réserves Naturelles de France, Société des Naturalistes et Archéologues de l’Ain