Qu’est-ce qu’une donnée naturaliste ?

Voir aussi → Collecte et saisie – Inventeurs et paternitéImportance de leur qualitéÉchanges de donnéesTrop de données tuent les donnéesInventaires dans un contexte de propriétés privées

Il s’agit d’informations qui permettent de décrire une observation concernant la flore, la faune, la fonge, un habitat naturel ou un élément géologique, voire météorologique ou astronomique. Afin d’être exploitable une donnée doit être un minimum structurée et récoltée avec une certaine rigueur scientifique. Quatre informations sont absolument essentielles pour constituer une donnée naturaliste et l’observateur en fait partie. Elles sont précisées sur l’image suivante.

©© byncsa – Cyrille Deliry – Histoires Naturelles

Pour être précis il s’agit de préférer le nom scientifique de l’espèce ou du taxon. La détermination doit être absolument certaine. On peut et on doit simplifier le niveau d’identification en se limitant au genre ou la famille selon le niveau de détermination… mieux vaut une donnée moins précise qu’une donnée fausse.

L’observateur est indissociable de sa donnée mais… !

Le code de la propriété intellectuelle ne s’applique pas sur les données d’observations naturalistes. Le droit d’auteur protège les œuvres de l’esprit, c’est-à-dire des productions portant l’empreinte de leurs créateurs. C’est le cas des photographies ou des prises de sons par exemple, car il y a toujours des choix fait par l’auteur.

En revanche, la jurisprudence ne reconnaît pas une donnée d’observation naturaliste comme constituant d’une œuvre de l’esprit. Il s’agit en effet de données relatant une observation de la réalité de manière factuelle, sans qu’il n’y eu de mise en forme originale de ces éléments. Même si cette observation demande des compétences scientifiques, ainsi qu’un investissement personnel, le fait de retranscrire factuellement la réalité ne constitue pas une œuvre de l’esprit. Par contre, une base de données est protégée par le droit d’auteur, car il s’agit d’une structuration particulière, de la création d’un outil informatique ayant demandé une mise en forme originale de la part de son auteur. Les bases de données sont protégées pendant 15 ans à compter de la dernière mise à jour ou la dernière exploitation.

Toutefois les 4 éléments Qui ? Quand ? Où ? Quoi ? Sont parfaitement indissociables. En effet toute donnée perds de son sens et de sa rigueur scientifique si on exclue un de ses éléments. Aucune donnée brute ne doit circuler si elle ne possède pas ses quatre propriétés. Toutefois des blocages viennent s’opposer au bon sens scientifique de désignation des données. Ceux-ci sont l’objets de discussion et de démarches d’anonymisation des données qui paraissent inadmissible de la part des fournisseurs ou inadaptée si l’anonymisation est un choix de l’observateur car il dénie sa qualité d’expert.

Avant de transmettre vos observations à une structure naturaliste, vérifiez bien son code de déontologie et son sens moral vis à vis de l’utilisation qu’elle compte faire de vos données…

Toutes les personnes participant au processus de détermination devraient être précisées : observateur (observation), collecteur (collection), rédacteur (bibliographie), structure, déterminateur, vérificateur (validation).

Les données mises en ligne sont publiées

Dans la mesure où elles sont rendues publiques les données sont considérées comme publiées même s’il s’agit d’une publication éphémère. Les citations dans le respect du référencement des sources est donc autorisée sans aucun délais, ni limite dans le temps. La loi autorise le référencement et la citation dès la divulgation / publication de l’œuvre. Il n’y a pas lieu de demander l’autorisation d’un auteur pour référencer ou citer sa publication d’ordre scientifique : il suffit de citer la source.

Cas des données financées sur des fonds publics sont publiques

Les données acquises sur fonds publics ont de facto le caractère de donnée publique. Elles sont en conséquence disponibles pour les associations naturalistes, les acteurs ou les gestionnaires qui en ont l’usage sans autre procédure.

Concept de Données naturalistes libres

  • Chacun reste propriétaire de ses données, il en reste l’inventeur, que ce soit dans le cadre d’activités individuelles ou professionnelles. Nous sommes libres de publier nos découvertes et d’en disposer.
  • Nous sommes libres de choisir la visibilité de nos données quand les outils le permettent, même de les rendre invisibles.

Exemple de code déontologique : les sept principes déontologiques de la base de données Entre Amis

Ces principes sont volontairement très simples :

  1. Les données sont la propriété des observateurs. Ceux-ci en ont le libre usage. Nous demandons à tous les naturalistes de conserver ce libre arbitre.
  2. Les observateurs confient leurs données brutes au gestionnaire de la base de données « entre amis » à titre gratuit pour la défense de la nature sauvage.
  3. La base « Entre Amis » est dépositaire des données mises en commun. Elle rassemble un ensemble de données gratuites et ne peut en aucun cas les vendre.
  4. L’objectif principal de la base entre amis est de faire progresser la protection de la nature dans la Drôme, l’Isère et les départements voisins. Cette base doit participer à toutes les initiatives qui vont dans le bon sens.
  5. Les actions prioritaires sont les inventaires (ZNIEFF, gestion des « Espaces Naturels Sensibles », site NATURA 2000, réserves naturelle … etc.), les actions de gestion des habitats naturels, les dossiers permettant la défense des sites et des espèces menacés.
  6. Les utilisateurs privilégiés (c’est un principe intangible!) sont les associations de protection de la nature. Ces associations peuvent faire payer leur expertise généralement indispensable qui valorise sous la forme de synthèse ces données brutes. Dans le cadre de convention, les données brutes peuvent être mise à disposition de gestionnaires de sites protégés (données disponibles sur ces sites). Sur ce dernier point, des discutions sont en cours avec les collectivités intéressées de notre département.
  7. Elles peuvent être mise à disposition de naturalistes reconnus qui rédigent des documents de vulgarisation pour le public.

Pour aller plus loin : site de NaturaGis