Réserves de Ciel Étoilé

Astronomie

Le concept de Réserves de Ciel Étoilé est fondé en Ontario, au Canada, sur le site de Torrance Barrens en 1999. Jusqu’à cette date des zones de protection contre la pollution lumineuse n’existaient qu’autour de grands observatoires astronomiques. Les efforts dans ce sens n’existent jusqu’en 2006 qu’au Canada propulsés par la Société Royale d’Astronomie du Canada (SARC). Dès lors, l’Association Internationale Dark Sky étends cette notion à l’international avec diverses options Parcs internationaux, Réserves Internationales (RICE), Sanctuaires internationaux ou Communautés internationales, le tout dédié à lutter contre la pollution lumineuse et à valoriser les meilleurs endroits pour observer le ciel nocturne dans le Monde.

En France, cinq sites sont référencés comme tels (RICE) : Pic du Midi de Bigorre dans les Pyrénées (2013), Parc National des Céevennes (2018), Alpes Azur Mercantour (2019), Parc Naturel Régional des Millevaches en Limousin (2021) et Parc Naturel Régional du Vercors (2023). Malgré l’initiative canadienne, une seule localité est labellisée au niveau international (Mont-Mégantic ➚ au Québec au niveau de l’observatoire astronomique du même nom), toutefois les Réserves de Ciel Étoilé sont une vingtaine dans le pays sous l’action de la SRAC. Avec sept localités seul la Grande-Bretagne, dépasse la France qui en a cinq. On trouve dans le Pacifique une petite nation méconnue, Niue, qui est dans son entier, à la fois Sanctuaire et Communauté.